Test: Bourne Supremacy HD-DVD


Le Film : Inutile de faire un long discours sur ce film que tout le monde a déjà du voir.
Suite du premier opus, j’ai trouvé le second plus prenant avec des « méchants » plus complexes, une meilleure bande son que dans le premier opus (qui passe de très bonne a excellente) qui souligne bien cette impression d’être toujours en mouvement en étant a la fois chasseur et proie. Bref un opus mieux rythmé que le premier, avec de meilleurs acteurs aussi et le personnage de Bourne qui continue a se découvrir et est bien plus mortel, efficace. D’ailleurs le mouvement de camera qui n’a pas fait que des heureux soligne aussi ces cotes toujours en mouvement-chasseur/proie auquel bourne est plonge.
En somme un changement de realisateur bienvenu.
83/100
L’image : Trop de compression sur un plan ou Bourne cours sur la Plage avec le ciel en arrière plan qui semble « clignoter » tellement il y a du grain, un léger manque de détail sur les arrières plans comme sur les paquets de Chips Lays, avec la marque clairement visible, mais sans plus.
Le transfert présente un léger teint jaunâtre-verdâtre assumé.
Belle image « film » avec un léger grain cinéma pas désagréable, certes plus présent sur les scènes de flashbacks par exemple, mais cela semble du a une volonté du réalisateur. Une image qui aura pu être un peu plus détaillée au niveau de certains gros plans et second plans comme certains transferts nos ont habitué mais supérieure en tout points a celle du premier opus, avec moins de soucis de compression, et pas de petites taches venant gâcher le transfert.
85/100
Le son : Beaucoup plus frontal que le premier opus, très peu ou pas d’effets arrières, même pour la musique du moins pendant les vingt premières minutes. Mais une scène frontale très dynamique, ouverte et profonde.
Apres le champ sonore prend de l’ampleur et utilise bien plus la scène arrière.
Beaucoup d’effets d’ambiance tout au long du film, comme des bruits de foule, d’oiseaux, de clefs… qui montre le soin apporté aussi bien au mixage qu’a son encodage.
La scène de course-pousuite a la fin du film, montre de quoi est capable ce mix et cet encodage, bien que restant principalement frontal avec néanmoins des effets arrières, mais qui ne nous sortent pas indemne de cette scène. On pousserait presque un ouf de soulagement une fois la scène terminée.
Au final, un mix toujours très bien équilibré avec des voix claires et les scènes d’action pas trop fortes, bien que les infras restent timides et la scène arrière eue pu être mieux exploitée.
88/100

Publicités

Test: Bourne Identity HD-DVD


Le Film : Inutile de faire un long discours sur ce film que tout le monde a déjà du voir.
Mais une petite déception quand même, comme si ce premier opus avait vieilli, ou qu’il souffrait de la comparaison face aux épisodes suivants (en tout cas de mémoire, et a confirmer dans les prochains jours).
Certes la musique est toujours bonne, les acteurs aussi ainsi que le scenario, mais au final j’ai eu l’impression d’avoir a faire a un bon film plutôt qu’a un très bon film comme dans ma mémoire.
Il manque un petit quelque chose, un soupçon d’efficacité pour passer au niveau supérieur. Et il faut dire que si en 2002, ce film révolutionnait le genre de film d’espionnage, depuis le genre c’est très nettement adapté, notamment avec la franchise des James Bond qui a pris un nouveau virage. Au final, un bon moment de passé quand même.  
78/100
L’image : Plan d’ouverture avec repêchage sur le bateau : Bien que pas super détaillé, belles couleurs, et bien plus détaillé que le DVD. On voit bien Matt Damon en combinaison de plongée repêché alors qu’en DVD, on devinait plus cette scène qu’on ne la voyait. Sur un des plans suivant ou un des pêcheurs plante le scalpel dans la combinaison, on voit bien chaque microscopique trou de la combinaison.
Plan sur la CIA a Langley dans la neige décevant, manque de définition, de détails. On dirait un DVD upscalé. Idem a l’intérieur du bureau. Leger grain cinéma qui vient hélas se faire plus présent sur certaines scènes sombres comme celle de la cantine au début. En effet, l’image manque globalement de définition, de « peps » bien que les couleurs elles semblent respectées.
En revanche les scènes de nuit a Paris ne présentent aucun bruit. Au contraire, l’image est parfaitement noire et contrastée.
Les contours sont détaillés tout en étant doux, pas coupés au couteau. Pas d’utilisation de filtres artificiels ici comme l’Edge Enhancement ou le DNR.
Des points blancs et noirs viennent de temps en temps et pendant toute la durée du film gâcher l’image signe d’un master pas totalement propre, ce qui est dommage pour un titre de ce calibre.
La colorimétrie est parfaitement respectée, on sent par exemple bien qu’a Paris il y a cette « Teinte » hivernale, avec des couleurs claires et froides, comme dans la vrai vie.
D’une manière générale. Les gros plans sont très bons, l’image en intérieur avec un peu trop de bruit et l’image en extérieur très bonne aussi. Avec une qualité générale qui tend a s’améliorer au fur et a mesure qu’on avance dans le film.
77/100
Le son : Sur la scène d’ouverture la aussi, pas rentre dedans mais nous met dans l’ambiance avec l’excellente bande son qui s’exprime bien sur les 6 canaux ainsi que les nombreux effets sonores qui ne se font pas timides et exploitent la totalité du champ sonore disponible. Lors de la scène a l’ambassade, on étend par exemple parfaitement le chuchotements et autres petits bruits de bureaux a 360 degrés, comme si nous étions a la place de Matt Damon. La musique se fait aussi parfaitement entendre sans venir prendre le dessus sur les bruitages ou les dialogues, signe d’un mix parfaitement dosé. D’ailleurs, il n’y a pas a jouer de la télécommande ici pour baisser le son lors des scènes d’action ou le monter lors de celles principalement dialoguées, comme c’est hélas trop souvent le cas de nos jours.
La scène de l’appartement  a Paris est un autre exemple ou la bande originale et les effets sonores sont parfaitement mixes et les 5 enceintes parfaitement utilisées, les effets sonores se baladant d’une enceinte a l’autre a 360 degrés sans faire dans du rentre dedans mais plutôt en créant une ambiance.
Bref, ces exemples montrent parfaitement la philosophie de ce mix sonore, efficace, varié, sans être trop rentre dedans.
88/100