Test : Tron l’héritage Blu-Ray 3D

Image

Les stats :

Audio : Anglais DTS-HD MA 7.1 @ 3-4 Mb/s, Français DTS-HD HR 7.1, etc.

Vidéo en 2.35:1 et 1.78:1encodée en MVC @ 20-30 Mb/s

L’image / La 3D :

Pour commencer, j’ai trouvé la luminosité des scènes en 3D du début du film trop boostée par rapport à la version Blu-Ray 2D.

Certains noirs paraissent plus «gris foncé» que noirs et cela même avec les lunettes 3D sur le nez.

L’image est aussi un poil moins détaillée, moins «piquée» sur ces scènes en 2D.

Heureusement, ces réserves sont levées une fois le passage en 3D.

Contraste et luminosité sont bien gérés, la colorimétrie, volontairement tirant vers les bleus est respectée ; aucun bruit n’est à déplorer, bref une image parfaitement convaincante et détaillée.

Par exemple les «alvéoles» qui constituent les combinaisons des principaux protagonistes et que je n’avais pas vu au cinéma par exemple (en Blu-Ray 2D oui, bien heureusement).

Au niveau de la 3D elle-même ça se gâte en revanche !

La sensation de profondeur apportée par la 3D décevante : que ce soit l’arrivée dans la grille par les «transporteurs», l’arène de combat, on n’a pas ce sentiment qu’apportent les bons titres 3D.

Certes les plans sont assez bien découpés, mais la profondeur est mal gérée ou pas de manière optimale en tout cas.

Certains passages font même penser à une 3D mal convertie : la porte menant à l’arène après que Flynn soit habillé donne un sentiment bizarre, pas naturel. Difficile à expliquer, mais je dirais que ça fait brouillon / flou / bizarre. Idem avec le gros plan sur la main du personnage contrôlant Rinzler (j’évite de spoiler en ne vous disant pas son nom volontairement) avec eux boules lors du combat dans l’arène (env. 33mn50s).

Autre exemple de 3D « foirée » : le plan montrant l’arrivée dans l’arène des courses de moto : mis à part un ou deux feu d’artifice qui exploitent la 3D, tout est plat, sur le même plan !

Que ce soit le premier pan de mur de l’arène, celui d’en face, ou le «centre-ville» censé être bien plus loin.  D’ailleurs en enlevant les lunettes 3D on ne voit aucune différence !

Seules quelques interfaces «d’écrans» donnent l’impression de bénéficier de la 3D jusqu’ici.

Heureusement, une fois DANS cette arène la profondeur est mieux utilisée, mais on est loin de Titanic ou Avengers, pourtant CONVERTIS en 3D à la différence de ce Tron : l’héritage.

Niveau débordements / effets pop-out, c’est le quasi-néant.

De quoi ajouter de l’au au moulin des partisans de la 3D convertie.

Quelques autres scènes bénéficient elles aussi du passage à la 3D : la fuite vers l’appartement de Flynn et l’intérieur de celui-ci par exemple : on se sent comme étouffé par la hauteur sous plafond très basse de celui-ci mais aussi impressionné par sa longueur, sa profondeur.

Ou encore le transporteur utilisé pour fuir dans la seconde partie du film, où on a bien la sensation d’espace, de longueur, de grandeur auxquels on est en droit d’attendre avec la 3D.

La scène dans la boîte de nuit apporte un peu de profondeur et d’espace mais encore une fois, on a pas «l’impression d’y être» comme avec les meilleurs titres 3D.

Celle de l’ascenseur en chute libre, où je m’attendais a être étourdi, avoir le vertige, confirme d’ailleurs mes pensées générales : la profondeur reste mal exploitée ; puisque tel ne fut pas le cas.

La scène profitant le plus de la 3D est sans conteste celle du «Faucon Millenium / Dogfight» vers la fin du film, où certains effets sont enfin probants, spectaculaires.

Au final une 3D mi-figue/mi-raisin. A titre personnel je suis content de l’avoir loué et ne pas  l’avoir acheté, la différence ne justifiant pas de racheter le titre. Surtout au prix des galettes 3D en France.

Peut-être, peut-être un jour en import d’Italie où ces titres sont 50% moins chers…

Image : 9/10  3D : 6,5/10

Le son :

Comme toujours, c’est la piste en VO qui est ici testée et quelle piste son !!!

Si vous cherchez un disque de démo pour impressionner vos amis la famille, ce disque est rempli de scènes de référence !

A 29 Min 44s par exemple lors de « Disk Wars ».

La musique de Daft Punk tappe dans le caisson, est superbement spatialisée, tous commes les cris du public et des disques, ces derniers fendant votre salon d’une part à l’autre. La voix des annonces est magnifiquement spatialisée, avec de superbes effets d’échos.

C’est simple, niveau son on se sent transposé dans l’arène de combat !!!

Autre scène clé : à 1h15m55s : la scène de combat dans la boîte : les coups fusent de part et d’autre mais encore une fois c’est la musique des Daft qui tape le plus fort et mettra caisson et voisinage à rude épreuve.

En fait c’est un festival musical des Daft pendant tout le film : dynamique monstre, très ouverte, spatialisée, que ce soit sur la scène stéréo avant, mais aussi comme c’est beaucoup plus rarement le cas, en utilisant à fond la stéréo sur les surrounds.

C’est tout simplement du jamais entendu sur une bande-originale, ce qui ne fait qu’amplifier le plaisir étant donné le superbe travail effectué par les Daft-Punk sur celle-ci.

Comme c’est maintenant le cas sur la quasi-totalité des titres : les dialogues sont parfaitement placés et intelligibles et ce, sur toute la durée du film.

TOP SON :10/10

Test Blu-Ray Félins (African Cats)

Image

Les stats :

Français / Allemand DTS High Resolution @ 2Mb/s

Anglais DTS HD Master Audio 5.1 @ 4 Mb/s env.

Vidéo en 1.78:1 (16/9) encodée en AVC avec un débit oscillant entre 25 et 30 Mb/s

Le Film / Documentaire :

Si vous le pouvez et bien qui ne s’agit «que d’un documentaire» privilégiez la VO.

Au delà de la qualité technique que nous évoquerons plus bas c’est pour la qualité artistique qu’il est préférable de choisir la VO. D’autant que documentaire aidant, même pour quelqu’un qui n’est pas bilingue, la VO est assez facile à comprendre.

La narration faite par Samuel L Jackson est excellente, on le sent vraiment concerné, comme s’il était lui-même un de ces félins que ce documentaire nous donne à voir.

La VF elle donne l’impression d’écouter un reportage comme il y en a tant à la TV, très détaché.

Pour ce qui est du documentaire en lui-même, les images sont tout simplement ahurissantes, renversantes, magnifiques, magiques !!!

Je me demande toujours comment les caméraman ont pu capturer de telles images si belles et si proches de ces lions et guépards. Sur certaines scènes, on se demande même si ça n’a pas été scénarisé et que des dresseurs ont été utilisés ! On aurait d’ailleurs aimé avoir un making-of en bonus.

Le documentaire, le montage qui en effet, a lui été scénarisé.

Personnellement ça ne me dérange pas, cela apporte une certaine fraîcheur à ce genre qu’est le documentaire, et accompagné de la bande-son composée par Nicholas Hooper donne l’impression d’être devant un film, un film sur la vie des lions et guépards en pleine savane africaine.

Mais quel film ! Une vraie réussite. Alors certes ce n’est peut-être pas le genre de disque qu’on se repassera en entier en boucle, mais c’est un disque a avoir vu au moins une fois et qui plaira à toute la famille tant les images sont magnifiques et l’ensemble a bien été articulé.

7,5/10

Image :

Magnifique ! Décidément, après avoir vu la saga «Planet Earth» à l’époque du HD-DVD, ce disque confirme que les documentaires sont véritablement magnifiés en HD, à fortiori en Blu-Ray.

Note : Alastair Fothergill qui dirigea et était narrateur de la saga Planet Earth est co-réalisateur de ce docu, tout s’explique donc !.

Pas seulement grâce à l’apport de la définition 6 fois supérieure à la SD qui permet de voir le moindre détail, de compter chaque tige, chaque poil des guépards et des lions, à tel point qu’on aimerait presque les avoir comme «nounours».

Ou encore sur les plans larges de la savane, qui apportent un piqué, une texture qui permet de voir avec beaucoup de détails à perte de vue.

Mais aussi grâce à un apport souvent oublié de la HD : les couleurs, plus vraies que jamais.

Le couple luminosité/contraste est excellent rendant grâce à la lumière claire de la savane.

La colorimétrie, dominée par des dégradées de jaunes et de verts est superbe, très naturelle, comme on est en droit de l’attendre d’un documentaire.

10/10 Top Image

Audio :

Comme d’habitude, c’est la piste en «VO» qui a été testée.

En DTS-HD MA elle est forcément meilleure que la VF avec un débit deux fois supérieur, apportant : Plus de spatialisation dans les effets de la savane et aussi tout simplement plus de ces effets audibles et bien sûr une meilleure dynamique.

D’ailleurs, tous ces «éléments» sont très bien exploités sur ce Blu-Ray :

Que ce soit le bruit du vent dans les herbes de la savane ou la bande-son composée afin de renforcer le côté dramatique, le suspense lors des attaques ; ceux-ci sont magnifiquement spatialisés, très ouverts, profonds.

La musique bénéficie en outre d’une très belle dynamique, permettant de nous immerger

encore plus lors de ces attaques.

De par la nature du Blu-Ray : un documentaire ; le caisson de basse est assez naturellement «au repos», bien que sur les quelques occasions où il doit se faire entendre (un violent orage, des rugissements par exemple), celui-ci est bien présent.

La scène sonore est magnifiquement utilisée, est très immersive, c’est un festival sonore à 360° !

De nombreux effets vous feront sursauter, passant de la scène avant à la scène arrière, de gauche à droite etc.

Exemples: le bruit d’éclairs, transpercera votre installation, le barrissement d’un éléphant passant de l’avant gauche à l’arrière droit, etc., etc.

Ce n’est pas la bande-son la plus tape à l’oreille qui soit, que vous mettrez pour impressionner vos amis. Mais elle remplit parfaitement ce qu’on est en droit d’attendre d’elle et va même bien au-delà pour un film/docu, et l’immersion est parfaite.

10/10 Top Son