Test : La vie est belle Blu-Ray Fr Zone B

La vie est belle Blu-Ray cover

Le Film : 

Un des plus gros succès du cinéma italien ces dernières années.

Porté par un Roberto Benigni au charisme communicatif, le film traite avec beaucoup de rire et de légèreté un sujet très grave, dénonçant de multiples aspects de ce que certains appellent «un détail de l’histoire», le tout avec beaucoup d’humanité et d’empathie.

La musique joue un rôle à part entière, dommage que la mise en scène soit trop classique et basique.

16/20

 L’image : 

L’image est à peine meilleure que celle d’un DVD, avec une définition un poil meilleure et de meilleurs contrastes.

Le principal problème vient des couleurs, bien trop ternes, qui rappellent l’ère du DVD.

De plus le transfert est loin d’être parfait, avec une image qui saute par moments (notamment au tout début du film), et quelques débris, dégâts (juste avant la descente du train) qui viennent encore prouver que studio canal s’est contenté de marketer un Blu-Ray sans y apporter aucun soin.

12/20

Le Son :  

Encore une fois, on a l’impression d’être à l’ère du DVD. Le Mix sonore en Italien et en Français (les pistes testées ici) est censé être en 5.1, mais reste beaucoup trop frontal. Même les voix et les bruitages sont tout justes ok, mais loin d’êtres aussi clairs que ce à quoi les titres « catalogue » bien travaillés nous ont habitué.

Seule la musique bénéficie d’un poil plus de spatialisation. Bref on fait aussi bien avec une piste stéréo qui serait convertie en Dolby Prologic II ou en DTS Néo par l’ampli.

Au niveau de l’authenticité des voix et de leur placement, on préférera la piste italienne. Par contre au niveau des bruitages et de l’ambiance, la piste française semble tirer son épingle du jeu.

12/20 

Au final on peut dire que StudioCanal s’est clairement foutu de la gueule des consommateurs avec cette sortie, n’ayant fait aucun effort : on a l’impression d’être devant à peine mieux qu’un DVD upscallé.

Vidéo : 1.85:1 1080p AVC env. 20 Mbps

Audio testé : Italien DTS-HD M.A 5.1 48 Khz @ 2,5Mbps

Français DTS-HD M.A 5.1 48 Khz @ 2,5Mbps

Critique ciné : Happiness Therapy (Silver Linings Playbook)

 

Réalisé par David O’Russell (Fighter, Les Rois du désert -nommé pour le meilleur réalisateur), Happiness Therapy (nommé pour le meilleur film) semble être par sa thématique un drame. Le message du film n’est pas gai non plus : tout le monde est fou ou a une part de folie en soi.

Pourtant, comme le titre (Anglais mais pour le marché français)
le suggère, ce film est une vraie thérapie pour le moral.
Les moments émouvants se succèdent, mais sont traités de telle manière, avec des répliques au cordeau, qu’on ne peut s’empêcher de rire.
En fait si tout le monde a une part de folie, le tout est d’apprendre à vivre avec.

Le film est emmené par un casting au top de sa forme : Bradley Cooper (Very Bad Trip, Limitless…), Jennifer Lawrence (Hunger Games, Winter’s Bone…), et Robert de Niro (pas la peine de détailler sa filmo), tous trois nommés pour les oscars 2013, mais aussi le retour de Chris Tucker (Rush Hour, Le 5e élément).

Pour ne rien gâcher, en plus de confirmer le potentiel entrevu dans leurs films moins commerciaux, Jennifer Lawrence (pour les hommes) et Bradley Cooper (pour les femmes, je présume) sont un régal pour les yeux.

4/5

Critique ciné : Comme des Frères

Premier long d’Hugo Gélin sur un scénario qu’il a aussi co-écrit.

J’y attendais une petite comédie sympatoche dans la moyenne, avec les limites que cela implique.

Au final on a une bonne petite comédie, bien supérieure à la moyenne et ce principalement dû à deux éléments :

Les acteurs : mis à part FX Demaison, toujours un peu trop dans son registre habituel, Pierre Niney et Nicolas Duvauchelle sont très bons.
Le premier, plutôt habitué de ce genre de films a ici un de ses vrais premier rôle qui lui permet de s’exprimer pleinement, tout en justesse.
Le second, plutôt habitué à des rôles plutôt musclés, démontre qu’il est aussi à l’aise dans des films plus intimistes et comiques.

Mais surtout c’est l’alchimie entre les trois acteurs qui fait qu’il se dégage à l’écran une vraie histoire de potes, et cela grâce au second point fort du film : le scénario.
Le scénario donc : Ceux qui espèrent voire un road-trip entre potes en seront pour leurs frais.
Certes, sur le papier, on a des amis qui vont d’un point A à un point B, mais la comparaison s’arrête à peu près là.
Ici, on ne s’attarde pas trop sur les paysages, et les différents lieux ne sont pas l’objet de rencontres particulières.
Et pour une bonne raison : l’histoire se concentre sur ces trois amis que tout séparait au départ, qui au fil de rencontres se dont connus de plus en plus.

D’ailleurs j’ai lu que certains trouvaient les flash-backs « du remplissage » : or ceux-ci expliquent tout des relations que l’on suit dans le film et même quelques petits clins d’oeil, donc sont loin d’êtres superflus.

En fait, ce qui va vraiment les rapprocher et en faire des amis, est ce voyage de x jours, riche en rebondissements, en « petites leçons de la vie », malgré quelques tensions.

Et c’est là la force du film : mis à part deux petites scènes au début du film un peu tirées par les cheveux, tout paraît vrai, j’ai l’impression d’avoir vécu quasiment toutes les situations qu’il y a à un moment donné avec justement quelques uns de mes meilleurs amis.
On passe de franches rigolades à des moments plus sérieux, intimes et le tout sans que cela semble artificiel.

Autre bon point : la BO signée Revolver (le groupe français) qui accompagne très bien le film, dans un genre à la Yodelice, dont le chanteur Maxime Nucci a composé et joué dans…les petits mouchoirs (CF infra).

Au rayon des mauvais points ou plutôt moins bons :

– La réalisation est bonne, surtout pour un premier long et on voit que le réa essaye d’avoir des prises un peu plus originales que la moyenne pour ce genre de film, cependant on arrive vite à retrouver le même travelling avant sur les acteurs lors de conversations, etc.

– Deux-trois moments, situations, qui auraient justement mérité d’être plus développés, qui auraient fait gagner le film en profondeur, même si j’ai parfaitement conscience que l’équilibre avec la comédie est dur à trouver.

Au final, on a un genre de « Les petits mouchoirs » moins glam’, moins chorale, mais peut-être plus intimiste et qui du coup semblera peut-être plus vrai.

Un film à aller voir qui met de bonne humeur malgré la gravité du sujet et ne prend pas ses spectateurs pour des cons.

3,5* / 5* 

Test Express : La Grande Vadrouille Blu-Ray Zone B


Images:

L’apport HD sur la plupart des scènes est indéniable, un beau travail de restauration a été fait, notamment au niveau des couleurs, des contrastes…

Cependant de nombreux plans le long du film n’ont pas été restaurés, et là ça fait un choc ! Que ce soit certains plans à l’opéra lors de la « présentation » de De Funes, sur certains contres plans ou vers la fin sur des plans larges lors de la scène avec les bergers allemands.

On tire alors plus vers du DVD-VHS.

Heureusement, ces scènes ne sont pas si nombreuses, et surtout très courtes.

Mais au niveau général et sur la durée du film, celui-ci est quand même un bon cran en dessous des meilleurs restaurations auxquelles on a été habitués ces derniers temps.

Le pas entre le DVD est assez grand et le résultat est bon, mais manque de netteté, de piqué et de constance sur la qualité d’image pour s’approcher des meilleurs voire très bons exemples du format.

Son:
Niveau Son, c’est la aussi d’un bon niveau, sans casser trois pattes à un canard. Le niveau général est assez faible comparé à la moyenne, il vous faudra donc monter d’un bon cran le volume général .

On hérite ici d’une piste en DTS-HD 3.0 d’après les caractéristiques fournies, mais reçue comme PCM 3.0 par mon ampli.

Les voix sont assez intelligibles bien qu’un peu nasillardes et le champ sonore avant est plutôt bien utilisé, bien que manquant de largeur au niveau de l’image sonore, rien n’est ici étouffé, au niveau des bruitages ni de la musique.

Cependant, le tout sonne tout de même un peu métallique, tirant trop vers les aigus, ce qui est souvent le cas sur les films relativement anciens.

Film:

Certes on est devant un classique de la comédie à la française, c’est plutôt bien filmé, bien monté et le rythme est assez soutenu, surtout pour l’époque.

Les acteurs sont plutôt bons, même si De Funes fait toujours du De Funes, ce qui a tendance a être lourd à la longue, surtout pour quelqu’un qui comme moi n’a jamais été fan de son jeu d’acteur/ »comique ».

Mais surtout, SURTOUT, je n’ai pas ris une seule fois et souris peut-être 3-4 fois MAX, ce qui est assez problématique pour un film censé être une comédie…

Alors je dois sans doute être un « jeune con » qui n’est pas de la génération De Funes, mais j’ai beau essayer, je n’ai jamais trouvé ses films drôles…

Surement que la notion de comique a depuis évolué et que je passe a coté de quelquechose, mais le cabotinage plein de mimiques faciaux c’est sans moi…

En tout cas on voit de qui descend Clavier…

Genre: Comédie

Durée: 2H03

Zone: B

Langues: Français 3.0 DTS HD MA

Sous-titres: oui, pour passages en langue étrangère.

Test : Notre Univers Impitoyable Blu-Ray Fr Zone B

Le Film: Une comédie sympathique, avec un postulat de départ original et sur un sujet peu abordé.

Synopsis:

Pour Margot (Alice Taglioni) et Victor (Jocelyn Quivrin) , tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ils sont beaux, jeunes, cadres dynamiques dans le même cabinet d’avocats d’affaires et surtout, ils filent le parfait amour.
Mais rien ne va plus le jour où Nicolas Bervesier (Thierry Lhermitte), leur patron, est contraint de nommer un nouvel associé pour l’épauler. Uni dans la vie, le couple se retrouve bien malgré lui en concurrence frontale.
Bienvenue dans un monde impitoyable : celui du travail et de ses dommages collatéraux…

Critique:

Une comédie sympathique, avec un postulat de départ original et sur un sujet peu abordé. En effet on suit la vie de Margot et de Victor de manière alternée après que l’un et l’autre soit nommés associé au sein de leur cabinet d’avocat et toutes les réactions qui en découlent.

Le scénario aborde de nombreux aspects des relations hommes/femmes, du travail et de la vie d’une manière très crue, très réaliste.

La réalisation en revanche fait très cheap, avec très peu de décors (on est a la limite du théâtre) avec des plans et un montage qui font plus série TV que film pour le grand écran. Les acteurs sont plutôt bons dans leur rôle, même si l’ensemble manque de charisme pour franchir un palier.

68/100

Imdb.com donne une moyenne de 5,8/10, Allociné une note de 1,9/4 presse et 2,1/4 spectateurs.

L’image: Une image bien propre, bien au dessus du DVD, mais loin des Top du format

On est ici en présence d’une image au ton très naturel. Des l’ouverture du film, on commence a avoir peur: le seul plan large sur les alentours du bureau et sur Paris est en effet très peu défini, présente un fourmillement important et la reproduction des couleurs n’a pas l’air optimale.

Heureusement, dès le plan suivant, en intérieur, tout s’améliore. Même si on repérera quelques fois un léger halo, sans doute imputable a de l’edge enhancement et que le piqué et le niveau de détails, notamment sur les gros plans est décevant, le reste est de bonne voire de très bonne facture. Les couleurs, sont bien reproduites, bien que la dominante soit un peu grisâtre (mais on est dans une grande ville, qui plus est Paris, donc quoi de plus normal?).

Aucun fourmillement n’est a déplorer si ce n’est le plan évoqué au début et ce même lors des scènes les plus sombres que ce soit en intérieur ou en extérieur, ce qui est assez rares pour être remarqué. La luminosité et les contrastes a quelques exceptions près sont très bien gérés. La profondeur de champ est assez limitée  du fait du peu de scènes s’y prêtant, mais a quelques occasions, notamment lors de plans en intérieurs avec des espaces assez ouverts, cette profondeur de champ refait surface et on aurait presque un effet 3D (certes assez faible) sur certaines scènes.

– Compression/Propreté du transfert: 15/20

– Colorimétrie: 16/20

– Luminosité/contraste: 18/20

– Piqué/Détails: 13/20

– Effet 3D / profondeur de champ: 13/20

75/100

Le Son: Un caisson et des enceintes surrounds aux abonnés absent.

Un mixage audio qui rejoint un peu la réalisation: très théâtral: En effet, les surrounds sont complètement absentes pendant toute la durée du film et si le caisson vient très légèrement épauler les enceintes avant, c’est a peine audible. Bien sur aucun infras (ça aurait été étonnant sur un tel film), et une dynamique très décevante, même lors des passages musicaux, rien de notable, on a l’impression d’être sur une très belle piste stéréo. Si la clarté des dialogues est au rendez-vous, le niveau de détails sonore est la encore très décevant, même si le passage au codec DTS apporte un peu plus de dynamique et de précision sur les quelques passages musicaux, mais qui restent néanmoins très frontaux.

Seules les voix sont parfaitement retranscrites et placées, rejoignant ce coté théâtral déjà évoqué.

– Mixage: 12/25

– Clarté/Détails: 10/15

– Dynamique: 5/10

– Activité scène avant/Stéréo: 7/10

– Voix/centrale: 5/5

– Effets surround: 0/15

– Effets LFE: 2/10

41/100

Genre: Comédie
Durée: 1h27
Vidéo: 1080p AVC 2.35:1
Zone: B
Doublage: Aucun
Langues: Français DTS HD Hi Res 5.1
Sous-titres: Français

Test: Hitch Blu-Ray UK Zone All

Le FilmUne comédie qui démarre bien, mais qui finit mal pour rentrer dans les canons hollywoodiens politiquement correct.

Synopsis:

Alex Hitchens est un entremetteur professionnel qui utilise des moyens peu
orthodoxes pour coacher ses clients et jouer avec le destin. Il réussit ainsi avec succès à unir des hommes ordinaires avec des femmes extraordinaires. Malgré tout cela, Hitch ne croit pas en l’amour.
Pourtant sa rencontre avec Sara, une jeune journaliste sexy qui partage les mêmes points de vue cyniques sur les relations amoureuses va les amener sur un territoire inconnu…

Critique:

En partie produit par Will Smith, c’est bien lui qui porte le film sur ses épaules, jouant un coach en séduction crédible. Kevin Smith, habitué au rôle de gros lourdeau n’en fait heureusement pas trop. Le film a un rythme assez soutenu pour ne pas s’ennuyer et on passe une agréable première heure, même un peu plus avant de retomber dans le gnian-gnian holywoodien politiquement correct. Même les musiques deviennent cul-cul dans cette dernière partie se rapprochant des séries genre les feu de l’amour.

Concernant la mise en scène, c’est assez horrible et le transfert le plus horrible que j’ai vu a ce jour sur blu-ray n’aide pas a sauver une photographie bâclée, a se demander si un opérateur photo a été engagé. Dommage, le debut semblait assez prometteur.

60/100

L’imageUne horreur sans nom, pire qu’un DVD récent!

Compression/Propreté du transfert5/20 Certes, le film fait partie de la première vague de Blu-Ray éditée, avec un encodage MPEG-2. Mais la compression est horrible pour un film si récent! On a un bruit -et non du grain- très très prononcé et comble du comble, alors que les scènes sombres sont généralement le terreau fertile du grain ou du bruit, le bruit est ici très présent lors des scènes intérieurs jour ou même extérieur jour, nuisant ainsi a la définition et au pique de l’image. Une vraie catastrophe! Peut-être aurait-il fallu utiliser un BD-50 au lieu d’un BD-25 en choisissant un encodage MPEG-2. Et c’est finalement les scènes les plus sombres qui sont les moins dérangeantes.

– Colorimétrie7/20 Une colorimétrie la aussi horrible. Les couleurs sont délavées, et ont se retrouve en présence d’une sensation d’un film sur-exposé, avec des couleurs bien trop claires pour êtres réalistes.

– Luminosité/contraste8/20 Une luminosité donc trop forte et surtout un contraste bien trop mal géré. Avec tous les problèmes cités auparavant, on se retrouve dans les faits avec un Will Smith presque blanc, en tout cas bien plus «clair» que dans ses autres films, ce qui, pour un acteur si populaire et que l’on «connait» donc bien, fait pleinement ressortir les problèmes de colorimétrie et de contrastes. Même le DVD semblait plus respectueux.

– Piqué/Détails8/20 Entre les problèmes de compression et ceux de contrastes et couleurs, le piqué et le nombre de détails affichés a l’écran en souffre forcément. Ainsi a de rares exceptions près qui font alors vaguement penser a un transfert HD ou plutôt a un DVD récent upscallé on est encore ici en présence d’un transfert assez catastrophique et même sur des gros voir très gros plans on ne distingue que très peu de détails sur la peau ou cheveux des acteurs.

Effet 3D / profondeur de champ7/20 Ici encore, c’est catastrophique! Exemple le plus parlant: La scène du Jet-Ski sur l’Hudson, a New-York. Extérieur jour, plans assez larges, météo parfaite et de nombreux immeubles. Le type de scène parfait pour mettre en exergue les bienfaits de la haute définition. Et bien non, la encore ratage total: C’est flou, délavé, on devine vaguement des immeubles en arrière plan en présence d’un bruit tellement présent qu’on croirait voir une tempête de neige!  Et on exagère a peine!

35/100 Sans conteste -et de loin- le pire disque HD teste a ce jour! Même pas digne d’un DVD récent!

Le SonA peine mieux que l’image, et bien que ce soit une comédie un mixage bien sage!

– Mixage artistique: 25/40 Un mix bien sage donc, même en prenant en compte le fait que ce soit une comédie, 95% du son se passe sur l’arc frontal.

– Dynamique: 6/10 Bien peu de dynamique, même si la piste PCM non compressée s’avère un poil plus convaincante, notamment lors des passages musicaux sur ce point.

– Activité scène avant/Stéréo5/10 Une stéréo très peu peu ouverte et que se contente principalement de faire passer du son lors des musiques et de quelques scènes un peu plus mouvementées. Mais très peu de mouvement et de découpage entre les enceintes avant.

– Voix/centrale: 7/10 Des voix assez bien intelligibles, rien a reprocher ici mais rien de bien folichon non plus, on a entendu plus réaliste, plus présente a ce niveau la.

– Effets surround8/20 Les seuls moments ou les surrounds se font entendre et encore pas énormément est lors des passages musicaux. En dehors de ça, point de salut, c’est le néant!

– Effets LFE3/10 Une utilisation très très faible même en non compressé. Sur ce coup vous pouvez couper le caisson vous n’entendrez ou ne sentirez pas de manque.

54/100

Genre: Comédie
Durée: 1h58
Vidéo : 1080p MPEG-2 2:40:1
Zone: All
Doublage: Aucun
Langues: Anglais Dolby 5.1 / Anglais PCM 5.1
Sous-titres:  Anglais / Arabe / Néerlandais … Pas de STFr

Test: A Knight’s Tale (Chevalier) Blu Ray US Zone All

Chevalier

Le Film: Un bon moment de détente.

Synopsis:

En Europe, au XIVe siècle, William Thatcher est un modeste écuyer qui a un don inné pour l’équitation et les combats de joute, un talent qu’il décide d’exploiter après la mort de son maître Sir Ulrich von Lichtenstein. Mais ne concoure pas qui veut dans les tournois, il faut être un noble. Il prend alors l’identité de son défunt seigneur et part sur les routes de France avec ses compagnons Roland et Wat.
En chemin, William rencontre Geoffrey Chaucer, un écrivain errant qui lui fabrique de faux papiers. Ces documents falsifiés lui permettent de participer aux tournois disputés par les plus grands chevaliers.

Critique:

Certes, ce mix film d’époque / moderne ne plaira pas a tout le monde ! Mais une fois passé outre, c’est un très bon moment de détente justement grâce a ce mélange des genres ! Du Queen, AC/DC des danses modernes et autres clins d’œil de notre époque vous attendrons. Le scénar ne casse pas trois pattes a un canard, mais est bien construit de fait qu’on ne s’ennuie jamais. La musique justement est très sympa, bien qu’il n’y ait pas de bande originale à proprement parler du coup.

Les acteurs en tout cas en VO sont bons avec un Heath Ledger qui n’égale pas sa performance du Joker mais bien crédible et d’autres acteurs qui vous diront quelque chose puisque même sans êtres des stars ont ensuite participé dans des séries/films qui ont bien marché. Ainsi on retrouve notre Bérénice Bejo nationale (Oss 117 Le caire nid d’espions), James Purefoy (Rome et bientôt a l’affiche de Solomon Kane), Mark Addy (The Full Monty) et Shannyn Sossamon (40 jours et 40 nuits, Les lois de l’attraction).

Bref, au final un bon divertissement et un film recommandé surtout au prix payé (7.99$, 12.99$ maintenant.)

80/100

L’image: Un transfert décevant

Compression/Propreté du transfert: 12/20 Pas mal de bruit tout au long du film et du macroblocking qui sans être dérangeant outre mesure l’est assez pour être repéré notamment sur des arrières plans.

Probablement du a l’utilisation du Mpeg2 sur un film de 2h12 avec un disque de 25 Go.

A noter aussi de nombreuses alètes visibles tout au long du film qui sans êtres la aussi trop dérangeantes sont bien mal venues, ainsi lors du générique de fin sur écran noir, on voit tout le long des points blancs clignoter… Le film ne date pourtant que de 2001 !

Colorimétrie: 14.5/20 Un des points les moins décevant de ce transfert, bien que celles-ci demeurent ternes comme délavées comparés aux meilleurs transferts.

Luminosité/contraste: 14.5/20 Une luminosité assez bonne on regrettera simplement que certains noirs ont tendance a tirer sur le gris…

Piqué/Détails: 13/20 Déception ici aussi, les détails des visages a de rares exceptions n’étant guère meilleurs qu’un DVD upscallé. Les détails ne foisonnent pas a l’écran mais restent meilleurs qu’un DVD.

Effet 3D / profondeur de champ: 12/20 A boire et a manger dans cette catégorie avec certaines scènes qui réservent une belle profondeur de champ sans jamais être exceptionnelle mais dans la moyenne, c’est a peine mieux qu’un DVD upscallé, l’effet 3D est très peu prononcé.

66/100

Le Son: Une piste 5.1 assez dynamique !

Mixage artistique: 36/40 Une bonne utilisation de l’ensemble 5.1 même si on regrettera les voix trop faiblardes, étouffées.

Dynamique: 9/10 Une très bonne dynamique lorsqu’il le faut !

Activité scène avant/Stéréo: 9/10 Une bonne spatialisation lors des joutes et autres combats.

Voix/centrale: 6/10 Des voix pas forcement bien placées et souvent comme étouffées

Effets surround: 15/20 Une bonne utilisation des surrounds lors des nombreuses joutes et autres scènes d’action ainsi que lors des nombreux passages musicaux

Effets LFE: 8/10 Une utilisation pas démoniaque, le film ne s’y prêtant pas mais particulièrement bien sentie lors des passages des chevaux au galop

83/100

Genre: Comédie / Action / Aventure
Durée: 2h12
Vidéo : 1080p Mpeg2 2:35:1
Zone: All
Doublage: VFF
Langues: Anglais Uncompressed 5.1 / Français Dolby 5.1 /Anglais Dolby 5.1
Sous-titres: Français / Anglais

Test: Very Bad Trip Blu-Ray Fr Zone All

Film: 100/100

La comédie de l’année, en tout cas en VO, avec des répliques mémorables, appelées a devenir cultes, des personnages sympathiques et bien joues par leurs interprètes, ce qu’il faut de musiques pop pour accompagner un film de débauche sur Vegas, une mise en scène efficace, que demander de plus?!

D’ailleurs, la performance au box-office malgré le peu de pubs au lancement et une classification -17 ans aux US montre et a montré après enquêtes que ce film s’adresse a tous les publics, H/F de 16 ans a 80 ans! (expérience vérifiée en salle)

Si vous ne l’avez pas vu, sortez courir l’acheter ou au moins le louer, vous ne serrez pas decu!

PS: Regardez bien jusqu’au bout du générique les photos, notamment en version non censurée! (qui rajoute d’ailleurs quelques scènes ou en rallonge d’autres pas forcement Hot, donc plutot une Director’s Cut)

IMAGE note globale: 98/100…. Un magnifique transfert comparable en tous points a l’expérience vécue en salle numérique. Et une excellente surprise pour une comédie!

Compression: 20/20…. Superbe compression, un lager grain pellicule present tout le long du film, mais pas un poil de bruit, même lors des scènes de nuit, pourtant nombreuses, du tout bon sur toute la ligne

Colorimétrie: 20/20…. Une colorimétrie 100% naturelle qui rend hommage aux couleurs de Vegas, que ce soit de nuit ou de jour, le désert alentour, avec cette lumière particulière aux levés et couches de soleil. Les couleurs de peaux sont aussi parfaitement retranscrites. Pour avoir eu la chance de me rendre a Vegas il y a 6 mois de ça, je peux témoigner de la justesse des prises de vue! Encore Parfait!

Luminosité/contraste: 20/20…. Ici aussi, absolument rien a redire malgré des scènes pourtant bien différentes au long du film et dont le transfert aurait pu souffrir.

Piqué: 19/20… Excellent mais pas parfait, on distingue notamment bien les poils de barbes et autres des acteurs mais pas aussi bien que dans The International par exemple.

Effet 3D / profondeur de champ : 19/20…. Encore du tout bon de la part de Warner qui utilise soit dit en passant un Master américain (The Hangover et non Very Bad Trip) notamment lors des vues aériennes de Vegas on perçoit une superbe profondeur de champ, quand bien même ces plans sont de nuit. On n’a pas un effet 3D de fou, mais une profondeur de champ bien appréciable.

SON note globale : 80/100 (Vo true HD)

Mixage artistique: 30/40 Un mix 5.1 relativement classique et dans la moyenne supérieure des comédies grâce a une belle utilisation du LFE, et une belle dynamique, mais des surrounds trop peu utilises!

Dynamique: 9/10 Excellente dynamique, notamment pour une comédie, que ce soit pour les musiques ou scènes d’actions, la piste Dolby True HD fait admirablement bien son boulot, surtout pour une comédie!

Activité scène avant/Stéréo: 9/10 Belle utilisation de la scene avant, qui monopolise hélas au détriment des surrounds la plupart des sons d’ambiance.

Voix/centrale: 10/10…. Des voix parfaitement placées, RaS

Effets surround: 13/20…. A comédie, rarement utilisation massive des surrounds, ce qui se vérifie encore ici, avec comme d’habitude une utilisation lors des passages musicaux, des quelques uns un peu mouvementes mais pas ou peu utilises pour des bruits d’ambiance

Effets LFE: 9/10…. Rien de special a signaler ici avec un film qui se prete peu aux grosses basses, mais une utilisation convaincante lorsque nécessaire, notamment lors des musiques Pop/RnB et les quelques scènes qui bougent un peu plus.

Test: Pineapple Express Blu-Ray Uk Zone All

Le Film: Une comédie de buzzé qui sort des sentiers battus.

Synopsis: Dale Denton et Saul Silver n’ont vraiment rien en commun, sauf le Délire Express, une variété très rare de marijuana que Saul vend à Dale. Une nuit, ce dernier est témoin d’un meurtre commis par une redoutable baron de la drogue et sa complice dans la police. Sous le coup de la panique, il abandonne son herbe sur la scène du crime… Alors que cet indice conduit directement à eux, Dale et Saul n’ont pas d’autre choix que de s’enfuir pour sauver leur vie.

Critique: Ayant découvert ce film au cinéma, je m’y étais rendu avec un ami mais avec un peu d’appréhension tant ce genre de comédie est habituellement un peu trop prédictible et au final pas si drôle.

Mais force est de constater que cette production Appatow remporte son pari : une comédie de buzzé surprenante, qui détend, fait rire, passer le temps bien qu’une durée relativement longue (près de deux heures). Mais cette comédie est portée principalemet par ses deux acteurs principaux et leurs dialogues.

A un Seth Rogen énorme, dans son type de rôle habituel, répond un James Franco (Les Spider-Man’s) surprenant et tout aussi énorme en dealer d’herbe, 100% dans son rôle complètement déluré. En revanche, la flic incarnée par Rosie Perez, elle, est le point noir du film, tant elle semble tantôt surjouer, puis sousjouer, toujours a contretemps et au final, bien mauvaise.

L’histoire délurée est donc accompagnée d’excellents dialogues, que ce soit Seth Rogen seul dans sa voiture, lors de l’échange avec sa petite amie et un « concurrent » ou encore en compagnie de James Franco et la magie opère, chaque réplique fait mouche et tellement vraie, avec en arrière-plan une belle histoire d’amitié.

Bref un film qui surprend et à voir, au moins une fois pour se faire une idée, en ayant en tête que certes, ce genre de film pourrait ne pas plaire à tout le monde de part son concept, mais qui justement dépasse et surpasse ce concept de base pour laisser de biens bonnes surprises.

82/100

L’image: Un transfert très sympa !

Pour commencer, un léger grain est présent tout au long du film, donnant une impression « cinéma », mais sans gêner le moindre du monde le plaisir de visionnage, au contraire !

Cote colorimétrie, les couleurs sont un peu chaudes, dans le style du film, mais respectant les teints de peau. Les contrastes sont superbes, respectant les noirs et les couleurs plus claires.

Le transfert révèle un bon voir très bon niveau de détails, ainsi qu’un très beau piqué. Les personnages se détachent bien des plans sans êtres trop détourés, pas d’Edge Enhancement ou DNR à regretter et chaque plan est parfaitement visible. Les nombreuses scènes de nuit sont très bien aussi, pas de bruit a relever et une clarté étonnante.

Du tout bon pour une comédie, certes récente avec pas mal d’action, et rien n’était gagné par avance, mais on est bien ici à des années lumière du DVD.

85/100

Le Son: Une piste sympathique, qui suit bien le film

Comédie, donc principalement utilisation de dialogues sur la scène frontale, mais ponctues d’effets d’ambiance intéressants. Les dialogues sont parfaitement clairs et intelligibles, même lors des scènes d’action. En revanche, les musiques n’utilisent pas ou peu la scène arrière et restent principalement frontales sur les enceintes gauches et droites.

Comédie donc, mais avec pas mal de scènes d’action, qui utilisent assez bien la scène arrière et le subwoofer, et si les basses ne vous fâcheront pas avec vos voisins le caisson est assez bien utilisé. La dynamique n’est pas aussi folichonne.

Au final, une piste-son pas folle, mais qui accompagne bien cette comédie déjantée.

72/100

Genre: Comédie
Durée: 1h57
Vidéo : 1080p AVC 2:40:1
Zone: All
Doublage: Aucun
Langues: Anglais Dolby TrueHD 5.1 / Anglais Audio-Descriptif 5.1
Sous-titres: Anglais / Hindou

Test: Love Actually US Zone All

Le Film: Un excellent « Feel Good Movie ».

Synopsis:

L’amour est partout, imprévisible, inexplicable, insurmontable. Il frappe quand il veut et souvent, ça fait pas mal de dégâts…
Pour le nouveau Premier Ministre britannique, il va prendre la jolie forme d’une jeune collaboratrice.
Pour l’écrivain au coeur brisé parti se réfugier dans le sud de la France, il surgira d’un lac.
Il s’éloigne de cette femme qui, installée dans une vie de couple ronronnante, suspecte soudain son mari de songer à une autre.
Il se cache derrière les faux-semblants de ce meilleur ami qui aurait bien voulu être autre chose que le témoin du mariage de celle qu’il aime.
Pour ce veuf et son beau-fils, pour cette jeune femme qui adore son collègue, l’amour est l’enjeu, le but, mais également la source d’innombrables complications.
En cette veille de Noël à Londres, ces vies et ces amours vont se croiser, se frôler et se confronter…

Critique:

Une excellente comédie/comédie romantique ! Richard Curtis, scénariste entre autres, de 4 mariages et un enterrement, Coup de foudre a Notting Hill et des Bridget Jones passe derrière la camera, avec un casting 5 étoiles.

Ainsi, on retrouve Hugh Grant, abonne a ce genre de films en premier ministre et plus particulièrement en sorte Tony Blair, mais aussi Liam Neeson (Taken, Star Wars), Colin Firth (Bridget Jones, Mamma Mia et l’étrange noël de Scrooge), Emma Thompson (Je suis une légende, Harry Potter -Prof Trelawney), Alan Rickman (Severus Rogue dans Harry Potter), Chiwetel Ejiofor (2012, Les fils de l’homme, Inside Man), Bill Nighy (Walkyrie, Hot Fuzz, H2G2, Pirate des caraïbes, The constant Gardner, Underworld 2 &3), Keira Knightley (Pirates des Caraibes, King Arthur, The Duchess, Domino) pour ne citer que les plus importants. Mais aussi des apparitions de Rowan Atkinson (Mr Bean), Elisha Cuthbert (24 heures chrono), Shannon Elizabeth (American Pie) et Billy Bor Thornton (The Barber, Eagle Eye, A l’ombre de la haine).

Tout ces acteurs s’en donnent a cœur joie dans leurs rôles respectifs, et bien que comme on le voit, un grand nombre de personnages se croisent et se décroisent (et c’est la l’idée du scenario) celui-ci est construit de telle manière qu’on ne sent sent jamais perdu, confus et au final, les 2h15 de film (ce qui est plutôt rare pour une comédie/comédie romantique) passent toutes seules. La photographie, très axée sur le rouge est magnifique et parfaitement retranscrite par cet édition. Si certains pourront reprocher le trop bien de bien-être et de tout le monde il est beau, dégoulinant pour certains, on répondra que c’est bien le genre de ce film qui le veut et une fois de temps en temps, un « feel good movie » ca fait du bien, surtout de ce calibre-la !

Un excellent film, qui plaira a tout le monde dans la famille que ce soient des amis, votre copine, et même votre belle-mère ne pourront que passer un bon moment pendant 2h.

90/100

L’image: Un très beau transfert

Ce transfert en Blu-Ray apporte un plus indéniable sur les éditions parues sur d’autres supports et on découvre une image encore meilleur que celle vue en salle.

Si ce genre de film ne se prête en général pas a un top démo, force est de constater, qu’on prend une claque des le début du film si tant est qu’on ai vu les précédentes versions disponibles.

La colorimétrie est magnifique avec des couleurs éclatantes, d’autant plus que la période de noël est une excellente base de ce point de vu la ! Les contrastes sont particulièrement bien retranscrits, les couleurs de peau naturelles et aucune tache, grain trop présent, ou autres défauts ne viennent altérer notre expérience visuelle.

On ne dénote pas d’Edge Enhancement et emploi heureusement minimal de Noise Reduction.

Et si on ne perçoit pas d’effet 3D, et que le piqué n’est pas au couteau, il se dégage une belle sensation de détails dans l a plupart des cas et au final, il est plus que sympathique que de redécouvrir (visuellement) ce film !

Au final et pour les possesseurs de précédentes éditions, la qualité de l’image est telle qu’il serait dommage de passer a cote de cette édition, peut être pas un rachat obligatoire,  mais pour les fans du film et ceux qui ne l’auraient jamais vu, achat recommandé, surtout vu le prix demandé !

80/100

Le Son: Une piste DTS HD MA 5.1 pas tonitruante, mais bien sympathique !

Qui dit comédie/comédie romantique dit bande son principalement frontale. Qu’en est-il ici ?

Malgré l’emploi d’une piste DTS Master Audio 5.1 en VO, pas de miracles ! Les voix sont parfaitement bien retranscrites dans le mix, quelques petits effets d’ambiance viennent ponctuer certaines scènes, mais dans l’ensemble rien de folichon !

La scène arrière reste timide, ainsi que le caisson de basses. Certes les passages musicaux, d’ailleurs assez nombreux, profitent au mieux de cette nouvelle édition, mais a l’exception de ces passages et de quelques petits effets, l’activité reste principalement frontale et dialoguée. Pas de quoi casser trois pattes a un canard, mais une piste son qui reste fidèle à l’esprit du film.

68/100

Genre: Comédie/Comédie romantique.

Durée: 2h15

Vidéo : 1080p AVC 2:35:1

Zone: All

Doublage: VFF

Langues: Anglais DTS-HD M A 5.1 / Français DTS 5.1 / Allemand DTS 5.1/Espagnol DTS 5.1

Sous-titres: Français / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien / Néerlandais /