Critique ciné : Comme des Frères

Premier long d’Hugo Gélin sur un scénario qu’il a aussi co-écrit.

J’y attendais une petite comédie sympatoche dans la moyenne, avec les limites que cela implique.

Au final on a une bonne petite comédie, bien supérieure à la moyenne et ce principalement dû à deux éléments :

Les acteurs : mis à part FX Demaison, toujours un peu trop dans son registre habituel, Pierre Niney et Nicolas Duvauchelle sont très bons.
Le premier, plutôt habitué de ce genre de films a ici un de ses vrais premier rôle qui lui permet de s’exprimer pleinement, tout en justesse.
Le second, plutôt habitué à des rôles plutôt musclés, démontre qu’il est aussi à l’aise dans des films plus intimistes et comiques.

Mais surtout c’est l’alchimie entre les trois acteurs qui fait qu’il se dégage à l’écran une vraie histoire de potes, et cela grâce au second point fort du film : le scénario.
Le scénario donc : Ceux qui espèrent voire un road-trip entre potes en seront pour leurs frais.
Certes, sur le papier, on a des amis qui vont d’un point A à un point B, mais la comparaison s’arrête à peu près là.
Ici, on ne s’attarde pas trop sur les paysages, et les différents lieux ne sont pas l’objet de rencontres particulières.
Et pour une bonne raison : l’histoire se concentre sur ces trois amis que tout séparait au départ, qui au fil de rencontres se dont connus de plus en plus.

D’ailleurs j’ai lu que certains trouvaient les flash-backs « du remplissage » : or ceux-ci expliquent tout des relations que l’on suit dans le film et même quelques petits clins d’oeil, donc sont loin d’êtres superflus.

En fait, ce qui va vraiment les rapprocher et en faire des amis, est ce voyage de x jours, riche en rebondissements, en « petites leçons de la vie », malgré quelques tensions.

Et c’est là la force du film : mis à part deux petites scènes au début du film un peu tirées par les cheveux, tout paraît vrai, j’ai l’impression d’avoir vécu quasiment toutes les situations qu’il y a à un moment donné avec justement quelques uns de mes meilleurs amis.
On passe de franches rigolades à des moments plus sérieux, intimes et le tout sans que cela semble artificiel.

Autre bon point : la BO signée Revolver (le groupe français) qui accompagne très bien le film, dans un genre à la Yodelice, dont le chanteur Maxime Nucci a composé et joué dans…les petits mouchoirs (CF infra).

Au rayon des mauvais points ou plutôt moins bons :

– La réalisation est bonne, surtout pour un premier long et on voit que le réa essaye d’avoir des prises un peu plus originales que la moyenne pour ce genre de film, cependant on arrive vite à retrouver le même travelling avant sur les acteurs lors de conversations, etc.

– Deux-trois moments, situations, qui auraient justement mérité d’être plus développés, qui auraient fait gagner le film en profondeur, même si j’ai parfaitement conscience que l’équilibre avec la comédie est dur à trouver.

Au final, on a un genre de « Les petits mouchoirs » moins glam’, moins chorale, mais peut-être plus intimiste et qui du coup semblera peut-être plus vrai.

Un film à aller voir qui met de bonne humeur malgré la gravité du sujet et ne prend pas ses spectateurs pour des cons.

3,5* / 5* 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s